Accueil ›  Antiquités ›  Sculpture ›  sculpture ›  BOIS SCULPTÉ REPRÉSENTANT SAINT SÉBASTIEN
 
Retour

BOIS SCULPTÉ REPRÉSENTANT SAINT SÉBASTIEN

Origine : ALLEMAGNE DU SUD GERMANY

Epoque : VERS 1510-1520

Dimensions :

Hauteur : 146 cm

Bois de noyer
Bon état de conservation


Selon la Légende Dorée de Jacques de Voragine, Sébastien, né à Narbonne avait été nommé chef de la première cohorte par les empereurs Maximien et Dioclétien, qui lui portaient une grande affection.
Un jour, il exhorta Marcellin et Marc, condamnés pour ne pas avoir abjurer leur foi à ne pas fléchir. Par la suite, il converti de nombreux romains avant d’être dénoncé à Dioclétien. Ce dernier le fit attacher à un poteau au milieu du champ de Mars et ordonna à ses soldats de la percer de flèches. Il n’en mourut pas mais recouvra la santé grâce aux bons soins de la veuve Irène qui pansa ses plaies et lui sauva la vie.
Une fois guéri, il se rendit au palais où il reprocha la persécution des chrétiens aux empereurs.  Ils ordonnèrent qu’il fut battu à mort

Suivant l’iconographie la plus fréquemment utilisée, saint Sébastien est ici représenté adossé à un arbre tortueux, les bras attachés à l’aide de cordelettes.

D’une remarquable grâce, son beau visage à l’air serein, au nez droit et aux lèvres minces est encadré par les mèches de sa chevelure lui tombant sur les épaules. Sa tête, tournée à droite, bascule légèrement vers l’arrière. Il semble lever les yeux au ciel.

Son corps a la pose contournée marque un sublime contrapposto. Quasiment nu, une ample pièce de tissus aux plis profonds est nouée sur sa hanche droite et tombe en cascade jusqu’à son genoux gauche. Le travail du drapé confère au tissu une véritable matérialité donnant l’illusion d’une lourde étoffe.
Les trous des flèches marquent encore son corps meurtri. L’anatomie du saint, aux muscles saillants et dont les côtes semblent se dessiner sous la peau, illustre la grande maîtrise du sculpteur. Le mouvement du bras droit de saint Sébastien anime la sculpture.

L’artiste qui réalisa cette œuvre, sculptée avec le plus grand raffinement, sût par son talent lui insuffler une remarquable grâce ainsi qu’une sensation de vie tant dans l’expression du saint que dans le rendu très naturel de son anatomie.  

La recherche de naturel et de réalisme dans cette sculpture est poussée à son paroxysme grâce à l’utilisation de véritables cordes, formant les liens utilisés pour attacher le saint, ainsi qu’un véritable tronc d’arbre.
Comme il était d’usage parmi les ateliers des sculpteurs du gothique tardif, ce saint Sébastien fût travaillé dans une seule pièce de bois à laquelle on ajouta les éléments en saillie, tels que les bras, à l’aide de chevilles.

Ce saint Sébastien illustre en outre la spiritualité de ce début du XVIe siècle. On recherche alors des thèmes émouvants n’épargnant pas aux fidèles la douloureuse vision du martyr tout en imprégnant les œuvres de beaucoup de douceur.

Cette oeuvre fût réalisée dans un noyer dont la couleur chaude est sublimée par la remarquable patine du temps.